[L’eau et la religion]L’eau au cœur des rituels religieux

16 03 2010

L’eau est l’élément fondamental de purification dans nombre de religions, telles  le judaïsme (rites de purification par bains rituels, lavage des mains), le Christianisme (baptême, utilisation d’une eau bénite), l’Islam (bains rituels, purifications avant les prières)

Pour les Indhous, l’eau du Gange lave tous les pechés, et la dispersion des cendres des défunts dans le fleuve peut apporter une meilleure réincarnation.

Le judaïsme : Lors de la toilette du mort, neuf pintes d’eau sont versées sur lui, pour le purifier de ses impuretés et souillures.

Au moment le plus solennel du calendrier juif, les « dix jours terribles » qui vont de Roch Hachana (la tête de l’année) le Nouvel An, à Yom Kippour : on jette ses fautes, ses péchés, ses erreurs et ses doutes dans l’eau. C’est la cérémonie annuelle de Tachlikh (Tu plongeras) qui est à la base des rites de pureté : au bord d’une rivière ou d’un puits, on retourne ses poches ou on agite son mouchoir pour se débarrasser de ses péchés.

L’Islam : Les différentes prières de la journée sont précédées d’ablutions, purification symbolique.

Les docteurs de la loi et la Tradition ont codifié avec une minutie extrême tous les points de ces prescriptions coraniques en se basant sur ce que faisait le prophète de son vivant. Ils ont en outre décrit avec  détails, non seulement la façon de procéder à ces ablutions mais aussi la qualité de l’eau à utiliser et  les quantités requises.

On ne peut en effet s’adresser à Dieu avec un corps souillé et c’est l’eau qui est l’élément purificateur : la purification par l’eau – même métaphorique – est indispensable à la communication avec Allah.

Au terme de la vie, le lavage du corps, obligation religieuse -, est  considéré comme le plus grand honneur qu’on puisse rendre à l’âme du défunt et, dans beaucoup de pays islamiques, on dispose des récipients d’eau sur le passage de la procession funèbre afin que les gens qui en boivent invoquent le bien et la miséricorde pour l’âme du mort.

Le baptême chrétien : Le mot « baptiser » est la francisation du mot grec « baptizein »qui signifie « plonger ». Baptiser, c’est plonger dans l’eau.

Le baptême a plusieurs significations : il exprime entre autre le passage de la mer rouge pour entrer dans la terre promise. Il faut passer par la conversion du baptême pour entrer dans la vie chrétienne.
Le baptême purifie du péché originel.
Actuellement, à partir du Nouveau Testament, le baptême n’est plus présenté d’abord comme la purification du péché originel, mais comme l’entrée dans l’Église, la nouvelle naissance, la participation à la mort et à la résurrection du Christ, l’accueil de l’Esprit saint et la filiation divine.
L’Eau est donc à l’origine du monde et des hommes. Elle est le passage obligé de la relation avec le Dieu des monothéistes.
Ce caractère sacré et la charge de symbolisme qui en résulte rend très sensible toute rivalité d’accès et d’usage de l’eau; la vie et la morts sont en jeu.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :